Bilan 2016 des activités

Bilan 2016 des activités de Solidarité Technologique au Cameroun, Solitech:

Introduction:

Si l’année 2015 avait vu Solidarité Technologique faire ses premiers pas hors du cadre d’un projet subventionné, 2016 fut l’année de la maturité organisationnelle. Prenant conscience des défis qui se posaient, Solitech a su adapter sa stratégie et son fonctionnement.

Photo : Rencontre entre le Ministre de l’Environnement et l’équipe de Solitech - 27/04/16

L’équipe au Cameroun fonctionne de manière autonome, en lien avec un Bureau à Paris renouvelé et redynamisé. L’accompagnement opérationnel apporté par la Guilde depuis 2011 se restreint désormais à une coopération pour le développement de nouveaux projets.

Les activités de formation et de recyclage montrent une bonne progression, bien que la viabilité économique soit encore à une certaine distance. De nombreux aménagements stratégiques ont eu lieu : rationalisation des dépenses, recherche de financements complémentaires, intensification des activités de recyclage, amélioration de la capacité technique, continuation des activités de recherche et développement. Ces activités ont également permis à Solidarité Technologique d’améliorer sa notoriété au Cameroun.

Deux succès marquants de cette année 2016 furent premièrement l’obtention du Prix Suez Initiatives – Institut de France récompensant le projet de recyclage des DEEE en synergie avec le centre de formation professionnelle, et deuxièmement la conception et le financement partiel d’un projet de grande envergure pouvant révolutionner le recyclage des D3E en Afrique, le projet WEEECAM. 

  • Centre de Formation Professionnelle 

Le centre de formation de Solitech a continué dans sa logique de formation technique pointue avec un accent sur les activités de revalorisation et de recyclage. En 2016 ont été formées deux promotions totalisant 62 apprenants. Des personnes issues de milieux défavorisés qui ont bénéficié d’une formation de pointe en secrétariat bureautique (32 apprenants) et maintenance informatique (30 apprenants).

La première des deux promotions a présenté 26 candidats à l’examen national organisé par le Ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, avec un taux de succès de 100% en maintenance informatique et 90% en secrétariat bureautique. La seconde promotion est en cours de formation. Les cours ont démarré le 7 novembre 2016 et laisseront la place aux stages en juin 2017.

L’agrément du centre de formation auprès du Ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle a été renouvelé pour une durée de 2 ans. Après 5 ans, le centre deviendra éligible à des bourses publiques de soutien pour ses apprenants.

Enfin, le centre a également bénéficié du soutien du Fond National de l’Emploi à travers un séminaire de formation sur les techniques de recherche d’emploi aux apprenants.

  • Centre de Revalorisation et de Recyclage des déchets électroniques (D3E)

Afin d’appuyer une stratégie axée sur le développement de l’activité, un commercial a été recruté pour assurer une présence effective dans la ville de Douala, poumon économique du Cameroun, portant à 13 l’effectif permanent de Solidarité Technologique au Cameroun.

Malgré un début d’année délicat, les résultats sont prometteurs. Les grandes entreprises restent le cœur de la clientèle. En 2016 à ce jour, le centre de recyclage a traité 46,39 tonnes de déchets, soit 16 tonnes de plus que l’année précédente. Cette masse de déchets a été collectée auprès de 23 entreprises et organisations. Cela est bien la preuve du succès grandissant de l’activité.

Le centre de recyclage planifie également l’extension de son activité à tous les types de DEEE. Afin d’obtenir le permis environnemental adéquat, un dossier a été déposé auprès du Ministère de l’Environnement et des expériences de collecte des déchets ménagers sont en phase de démarrage. Plusieurs micro-projets sont également en cours de développement afin de cibler des financements de fondations qui permettront d’accélérer et d’accompagner le développement du centre.

  • Prix Suez Initiatives – Institut de France

Solidarité Technologique a remporté en 2016 le Prix Suez Initiatives – Institut de France, mention Entrepreneuriat Social.

 

D’une valeur de 50 000 euros, ce Prix récompense des entrepreneurs ayant lancé des activités économiques dans le domaine de l’eau ou des déchets générant des retombées sur le plan social.

Le Prix a été remis au Président de Solidarité Technologique par Gabriel de Broglie, chancelier de l’Institut de France et Jean-Louis Chaussade, DG du groupe Suez, lors d’une cérémonie à l’Institut de France le 1er juillet 2016, dont la vidéo peut être retrouvée ici.

Ce Prix témoigne de la réussite de l’initiative de recyclage développée par Solidarité Technologique au Cameroun et de sa synergie harmonieuse avec le centre de formation professionnelle. Il a permis à Solidarité Technologique d’accélérer son développement, notamment avec la collecte des D3E des ménages. 

  • Le projet WEEECAM (Waste of Electrical and Electronic Equipments in CAMeroon)

L’expérience accumulée par la Guilde et Solidarité Technologique grâce au projet de recyclage leur ont permis de dresser un constat important : il est possible de mettre en œuvre des activités de collecte et traitement des D3E à la fois viables et soutenables dans le contexte des pays en développement, moyennant des volumes suffisants, l’existence d’une volonté politique et un financement préalable.

Le projet WEEECAM a été conçu dans l’objectif de démontrer ce constat par l’exemple. Il veut mettre en place une activité de collecte et de traitement de grande envergure (5 000 t/an) au sein des deux métropoles du Cameroun : Yaoundé et Douala. Il génèrera des impacts économiques, environnementaux et sociaux conséquents et introduit des innovations dans ce secteur telles qu’un volet de production de crédits carbones ou la recherche de procédés de recyclage adaptés au contexte local.

Pour relever les défis liés à ce changement d’échelle, la Guilde et Solidarité Technologique se sont associés à d’autres partenaires : les ONG Gevalor et ERA Cameroun ainsi que le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM). C’est ce consortium qui doit diriger le projet d’une durée de 5 ans et d’un budget de 6 millions d’euros. A ce jour, 55% des fonds ont été réunis et d’autres dossiers de financement sont en cours de traitement. Il est espéré un lancement à l’automne 2017.

Conclusion

Malgré des résultats en progrès significatifs, l’objectif de sécuriser la viabilité financière de Solidarité Technologique n’est pas atteint à ce jour. Nous mettons tout en œuvre pour y parvenir et comptons plus que jamais sur la générosité de nos bienfaiteurs pour soutenir et développer nos activités dans ce sens.

L’objectif pour l’année 2017 est d’assurer la pérennité économique de Solidarité Technologique tout en générant un impact écologique et social maximal.

Le centre de formation cultivera son excellence et développera des partenariats de mécénat ; le centre de recyclage diversifiera les filières de reprise de ses fractions et agrandira sa capacité technique pour permettre le traitement de toutes les catégories de déchets électroniques.

Naturellement, le projet WEEECAM est porteur d’un enjeu important pour Solidarité Technologique, dont il est susceptible de révolutionner l’activité pour les prochaines années. La Guilde, en tant que chef de file du consortium, porte la majeure partie de l’effort de recherche de fonds pour ce projet.

Ainsi, Solidarité Technologique continuera son action à la fois sur le plan économique par de la création d’emploi, écologique par le recyclage des déchets, et social par l’insertion professionnelle des jeunes défavorisés et la réduction de la fracture numérique, s’appuyant sur ces trois piliers pour promouvoir un développement technologique durable et solidaire en Afrique.